Qu’est-ce que la parodontite ?

La parodontite : la maladie des gencives

Qu’est-ce que la parodontite ?
La parodontite est une maladie d’origine bactérienne qui s’installe sournoisement sans s’annoncer. Elle ne cause habituellement aucune douleur. Mauvaise haleine, gencives qui saignent au brossage ou au passage de la soie dentaire, dents qui se déchaussent, les symptômes de la parodontite sont très désagréables. Cette vilaine maladie atteint 85 % de la population à des degrés divers, causant plus de 70 % des pertes de dents.
C’est donc dire qu’il ne faut pas la négliger !

Les causes
La parodontite est causée par le dépôt des bactéries, de la plaque et du tartre dans le sillon gingival, ce qui provoque inflammation de la gencive. Avec les années, s’ensuit la destruction de l’os qui soutient les dents et l’apparition des poches péridentaires. Les conséquences de ce processus ne sont pas anodines. La réduction du support osseux peut entraîner la mobilité des dents, alors que les poches elles-mêmes peuvent s’infecter, causant enflure, douleur et provoquant une perte osseuse en quelques jours seulement. D’autres facteurs augmentent le risque : l’hérédité, le tabagisme et le diabète.

Le diabète et la parodontie
Les cas de diabète sont fréquents dans les cabinets dentaires. Selon les conclusions de plusieurs études, le diabète triple le risque de parodontopathie destructrice.

Le diagnostic
Comme on le voit, la parodontite doit être prise au sérieux. Heureusement, elle est relativement facile à diagnostiquer. D’abord, les radiographies permettent de déterminer les pertes osseuses. Ensuite, grâce au sondage péridentaire, on peut constater la profondeur des poches pour évaluer le stade de progression de la maladie.
Les saignements témoignent de l’inflammation et indiquent le degré d’activité des bactéries. Finalement, il peut arriver que de vieux plombages débordent et entravent le passage de la soie dentaire. Ces derniers devront être limés pour éviter l’accumulation de la plaque.

Le traitement
Il existe divers traitements de la parodontite, par voie chirurgicale ou non-chirurgicale. Puisque chaque cas est différent, le meilleur moyen de bien comprendre les avantages et inconvénients de chacun est d’en discuter avec son dentiste.
Peu importe le traitement choisi, son succès à long terme dépend entièrement de l’entretien qui sera fait par la suite. Les études ont en effet démontré qu’une hygiène impeccable et un bon détartrage tous les trois mois assurent le meilleur pronostic. On a recours aujourd’hui de plus en plus à des greffes osseuses pour reconstruire les gencives endommagées et ainsi sauver les dents

Évolution de la parodontite
Au stade avancé de la parodontite, la destruction de l’os de la mâchoire et des fibres de soutien entraîne une atrophie des dents. Ce phénomène entraîne une mobilité de la dent, voire sa perte dans les cas les plus graves.

1. Légère

La plaque dentaire se forme sur la dent au niveau du bord gingival. La gencive s’enflamme ; elle saigne.
2. Forte

Le tissu gingival se détache de la dent, les bactéries se propagent, la plaque durcit et devient du tartre, l’os entourant la dent se dégrade.
3. Massive

La gencive se rétracte. La dégradation de l’os de la mâchoire et des fibres de soutien se poursuit, le dent devient mobile et risque de tomber.

Le plus important. La prévention
C’est encore la prévention qui surpasse le meilleur des traitements. Dans 90 % des cas, la parodontite aurait pu être évitée avec la simple recette suivante : de bonnes séances de brossages (y compris sous la gencive) deux fois par jour, un passage consciencieux de la soie dentaire chaque jour et deux nettoyages par année chez le dentiste.
C’est la formule magique pour éviter de bien des misères et bien des dépenses en soins dentaires!